Boutique Louboutin Paris 8

Pour capter cet air si particulier, mieux vaut laisser sa voiture et flâner dans les rues. Le nez au vent, on peut ainsi entrer dans un show room et déambuler entre des chaises orange et des canapés crème, pousser la porte d’une galerie d’art, gravir des étages pour découvrir de jolies boutiques invisibles depuis la rue ou encore s’effrayer à la vue des prix des chaussures en vitrine. Et revenir le second samedi du mois, soirée spéciale au cours de laquelle galeries et boutiques ouvrent leurs portes jusqu’à 22 heures, offrant vin et petits fours..

Or je m’empressai de chasser cette idée de mon esprit. Après tout, Lya n’était pas la première femme à qui j’offrais des fleurs. Peut être n’avait je encore jamais mis autant de soin à composer un bouquet, mais c’était seulement parce que je n’avais jamais eu l’occasion de faire ses emplettes sur une devanture aussi bien achalandée ou autrement que par écran ou cellulaire et livreur.

En répartissant les malles par thématiques, le commissaire d’exposition rappelle leur fonction, leur dessein. Une grande partie du parcours est consacrée au voyage. Expédition en croisière, en avion, en train. La mode n’a parfois aucune limite et c’est d’ailleurs pour cela qu’on l’aime tant. Si certaines d’entre nous suivent activement les Semaines de la mode de New York, Londres, Milan et Paris, d’autres se laissent plutôt guider par les tendances proposées par les grandes enseignes. Le souci, c’est que les fashionistas un peu fainéantes loupent plus d’une excentricité ! Oui, les couturiers présentent souvent des modèles très recherchés durant leurs défilés.

En quittant Christian Louboutin pour Pierre Hardy, j’allais connaitre un véritable défi. Pierre est le meilleur, un génie du dessin, un incomparable artiste et je devais être à la hauteur pour lui. Les produits sont compliqués, chaque collection est un challenge.

L’appartement donne sur un cimetière, c’était joli, les Roumains n’ont pas le même rapport à la mort. Dans cette famille, il semble que les femmes ont à peine besoin des hommes pour concevoir, et l’exploit de la vierge Marie à la portée de n’importe qui tant ils sont absents, et la filiation, féminine. L’enfant vit donc entre deux femmes l’une pratiquante orthodoxe, l’autre pratiquante artistique et beaucoup de mystères.

Et la spéculation dans tout ça? Affliction moderne pour les uns, maladie nécessaire ou encore ultime frisson digne des turfistes addicts pour les autres, spéculer sur l’art contemporain est devenu le nouveau sport international de ceux qui ont un bas de richesses et souhaitent l’étirer, au gré des incessants jeux de pouvoir politiques, ballets de cotations sans scrupules et joutes au marteau des commissaires priseurs. Chez nous, vous ne pourrez pas spéculer, avertit Jany Jansem. Demandez moi: si j’achète ce tableau, est ce que je vais pouvoir faire de l’argent avec? et je vais vous rire au nez! Si quelqu’un s’intéresse sincèrement à l’art pour l’art, bien sûr qu’il sera content si son tableau prend de la valeur, mais ce n’est pas obligatoire.

Leave a comment