Christian Louboutin 2015 Spring Collection

Elle trouve d’emblée ses signes de distinction : spectaculaire tignasse, grande bouche soulignée de rouge sang, yeux fardés à mort, tout ça très haut perché, l’antithèse de la petite fille très calme de Lyon, qui faisait le ramadan et ne se maquillait jamais. Ouh, on va dire qu’on va zapper ça, hein?Ouh, on va dire qu’on va zapper ça, hein?La drogue, l’alcool ? Ouh, on va dire qu’on va zapper ça, hein ? Goude, qui l’aperçoit la première fois faisant la physionomiste aux Bains Douches en1982, décrit une fille incroyable, sans limites, qui peut éconduire Bowie comme on chasse une mouche. Et tous soulignent une tchatche redoutable qui télescope verlan, arabe et gouaille parisienne, qui chambre à mort ; pour Azzedine Alaïa, elle est la nouvelle Arletty.

Solitaire. Chez Monop, c’est un peu pareil : on a souvent l’impression d’assister à une redif quand, au rayon des fromages, un peloteur compulsif tâte le séant d’une rangée de camemberts ou qu’une maniaque de la salade ensachée scrute avec un compte fils un paquet de roquette pour dénicher une feuille flétrie. On passera aussi sur le chasseur solitaire que l’on croise dans le sillage d’une paire de Louboutin, et qui, hypnotisé par les semelles rouges, n’en finit pas de filocher sa brune de propriétaire entre le rayon sucre et café et les pêches au sirop.

J’ai toujours trouvé que les filles qui faisaient attention à elles, c’était mieux. Idem pour les hommes. Personnellement, je passais mon temps à revendiquer que oui, j’étais superficiel, oui, je faisais attention à ma façon de m’habiller! Mais je peux vous assurer que dans les années soixante dix, cela allait à l’encontre de toutes les idées de l’époque.

Au Women’s Forum, cette année, à Deauville, un observateur averti aurait pu se croire en plein tournage de September Issue, le documentaire consacré à la rédactrice en chef du Vogue américain, Anna Wintour. Au bras des businesswomen présentes à ce grand rendez vous d’affaires, on pouvait apercevoir, en lieu et place des traditionnelles housses pour ordinateurs portables un défilé de it bags. Stilettos aux pieds, l’allure glamour, la plupart avaient troqué leurs sombres tailleurs pantalons pour des tenues stylées.

En1982, Tron ne ressemblait à rien de ce que l’on avait vu au cinéma. Fond et surtout forme, la nouveauté était totale, le film de Steven Lisberger étant le premier à intégrer des images de synthèse dans une uvre à prises de vues réelles, tout en faisant une place, au cur même du cinéma hollywoodien, à l’émergente culture du jeu vidéo. A ce titre, Tron l’ancien reste l’un des rares films candidats au titre de forgeron d’un nouveau et puissant mythe contemporain.

Leave a comment