Louboutin Y3

N’appréciant guère la façon dont mon cur se serrait à la perspective de voir notre relation se terminer en noce blanche avec cinq cent témoins, je décidai de chasser aussi cette idée de mon esprit. Après tout, il s’agissait d’une belle journée de repos comme tout dimanche pour certains. Et je me trouvais en compagnie d’une belle femme.

Encore heureux qu’elle sont pour moi! Tu crois que je te laisserais en offrir à une autre femme peut être? Je ria doucement en serrant d’autant plus les fleurs contre moi d’une main, la seconde attrapant celle d’Alexandro. A défaut d’avoir accès à sa bouche pour le remercier comme il le méritait, j’amenai sa paume contre mes lèvres pour y déposer un petit baiser. Merci soufflais je avant de devoir le lâcher brusquement quand je sentis mon bouquet perdre l’équilibre.

Sur la terrasse de la maison construite en belvédère sur la Méditerranée et achetée par la famille Bruni au milieu des années 1970, quand celle ci avait fui l’Italie et les menaces d’enlèvement des Brigades rouges, c’est un autre monde qui vient désormais dîner. Au Maroc, chez Jean Michel Goudard, dans la propriété des Desmarais, Nicolas Sarkozy était encore un peu dans son ancien milieu. Mais désormais, le mois d’août est peuplé par les « amis de Carla », cette bourgeoisie bohème qui fume en discutant cinéma et littérature, joue de la musique et se moque bien de politique..

Toi aussi tu veux devenir mannequin international comme Claudia, voyager sans arrêt, porter des habits somptueux, tutoyer le Kaiser et manger une ou deux fois par semaine? Alors lance toi dès samedi, à Rouen, au trentième concours international de mannequins organisé par la plus grande agence de France, Elite, et lancé mercredi dernier: des milliers de jeunes filles de 14à 22 ans défilent devant le jury et sont sélectionnées, ou pas, pour faire mannequin international marchant ainsi sur les traces (de Louboutin) de ConstanceJ. Ou SigridA., toutes deux découvertes lors de la fameuse tournée. Sans parler de Cindy Crawford, Stephanie Seymour, Helena Christensen, Gisèle Bündchen, Ming Xi.

L’expo s’achève sur une vraie féerie : 7 000 petits vêtements, sacs, chaussures épinglées aux murs comme des petits papillons, avec comme nette dominante le rose. Et en bonne fashion victim, Barbie a réussi à se faire rhabiller par les plus grands : de Lacroix à Gaultier, de Mugler à Agnès b, et à être chaussée par Louboutin. L’exposition a placé symboliquement les créateurs en regard de la poupée : la mode regarde Barbie, Barbie regarde la mode..

Leave a comment