Louboutin Yolanda

D’où une double lecture possible des aventures de la dame. Première option, pessimiste: nos contemporains sont à ce point habitués à l’absence de savoir vivre qu’on peut piétiner les règles en Louboutin sans s’attirer la moindre remarque, ou presque. Comme si les individus étaient prêts, désormais, à quasiment tout supporter.

Une collaboration avec la mode qui n’est pas une première pour la marque cosmétique puisqu’elle avait déjà fait appel au talent d’Olympia Le Tan en février 2013. Idem chez Nars, qui a proposé à Pierre Hardy, créateur de souliers, accessoires graphiques et bijoux (pour Hermès), de jouer avec les pigments des blushs et les laques des vernis. « Je l’ai fait de manière très instinctive parce que je voyais des liens esthétiques entre nos deux maisons », confie Pierre Hardy.

Il y a dix ans, je n’aurais pas osé choisir ce nom. Et d’ailleurs, quand je l’ai annoncé, mes oreilles ont sifflé. Mais à un moment donné, il faut faire ce dont on a envie. Ambiance caliente sur le Red Carpet!La belle Adriana Lima a attiré tous les regards sa longue robe blanche fendue et avec son décolleté ultra plongeant. L’égérie de Victoria’s secret, a mis ses yeux de chat en valeur avec de précieuses boucles diamants et émeraude. Le mannequin brésilien de 34 ans remporte ainsi la palme du sex appeal..

Mais hélas l n pas là. En effet, si Facebook est capable de fournir en temps réel le nombre de likes, il n pas capable de trier aussi rapidement les données liées notamment à la géolocalisation des likers. En attendant de remonter des stats fiables, il classe tout le monde dans un obscur minor countries (rectifié depuis l en other and not yet targetted countries Soyons clairs, les stats du bijoutier affichent désormais un solide 94,6 % de likers localisés en France.

Qui ne connaît pas le monogramme LV, imaginé par George Vuitton ? La maison française de maroquinerie doit son succès à ce sigle et à sa collection Monogram qui compte des adeptes aux quatre coins du monde depuis 1896. Un emblème auquel Delphine Arnault (Directrice générale adjointe de Louis Vuitton) et Nicolas Ghesquière (Directeur artistique des collections femme) ont souhaité rendre hommage. En effet, dès l’automne prochain, nous pourrons découvrir la collection « Icône et Iconoclastes ».

Pour me faire plaisir, mais aussi parce que je leur offrais la possibilité de travailler sans contrainte ni de coût, ni de temps. Le problème, c’est que la plupart m’ont connu à un âge où je faisais des gaffes, des bêtises. Il a fallu leur inspirer confiance.

Leave a comment